Factures d’électricité : explosion selon Bruno Lemaire pour février

Factures d’électricité : explosion selon Bruno Lemaire pour février

À partir du 1er février, les citoyens français seront confrontés à une augmentation substantielle de leurs factures d’électricité. C’est une mesure récemment annoncée par Bruno Le Maire, ministre de l’Économie. Cette nouvelle hausse, s’inscrivant dans une série de majorations tarifaires, impactera le budget quotidien des ménages.

Selon les informations divulguées, les tarifs pour les heures pleines et les heures creuses connaîtront une hausse de 9,8%, tandis que les tarifs de base s’élèveront de 8,6%. Plus de vingt millions de foyers abonnés à l’électricité, dont plus de dix millions au tarif de base, seront affectés par cette mesure.

Factures d’électricité : la dernière hausse de 2024

Cette augmentation représente la dernière majoration prévue pour l’année 2024. Le ministre s’est engagé à plafonner l’augmentation des tarifs réglementés de l’électricité à 10%. Cependant, ces ajustements tarifaires successifs, ayant connu une hausse de 4% en février 2022, de 15% en février 2023, et de 10% en août 2023, ont entraîné une augmentation cumulée oscillant entre 43 et 44% sur deux ans.

Cette situation exacerbe les difficultés financières des Français, déjà éprouvés par l’inflation. Les choix déchirants entre se chauffer et se nourrir deviennent monnaie courante.

Des tarifs inférieurs à ceux de nos voisins européen

Le ministre a souligné que ces augmentations, bien que difficiles, sont nécessaires pour assurer la pérennité des capacités de production électrique du pays. Malgré ces hausses, les tarifs de l’électricité en France restent inférieurs à nos voisins européens.

Toutefois, cette constatation ne semble pas apaiser l’inquiétude grandissante des Français, comme en témoignent les récents sondages défavorables au gouvernement. Il y a la popularité croissante du parti de Marine Le Pen.

Le président de la République a réaffirmé la légitimité de ces augmentations lors d’une conférence de presse. Elle souligne la nécessité d’adopter une démarche de sobriété énergétique. Pour un foyer moyen se chauffant à l’électricité avec une consommation annuelle de 7000 KWh, cette hausse se traduirait par une augmentation mensuelle de plus de 14 euros sur la facture.

Alors que le pays traverse une vague de froid, cette situation pose un défi de taille pour de nombreux ménages, qui peinent à assurer un chauffage adéquat.