Les chômeurs en fin de droits vont désormais toucher le RSA

Les chômeurs en fin de droits vont désormais toucher le RSA

Les chômeurs en fin de droits qui touchaient jusqu’à présent l’allocation spécifique de solidarité vont désormais percevoir le RSA. Les chômeurs de longue durée qui ont épuisé tous les droits à l’assurance chômage, leur situation va évoluer. Ils ont peu ou pas de revenus.

Plus de la moitié des personnes concernées ont plus de 50 ans et les deux tiers sont célibataires. Pôle Emploi  rebaptisé France Travail, pour atteindre le plein emploi promis par le gouvernement, des mesures vont être prises pas toujours en faveur des bénéficiaires.

L’annonce du premier ministre

Gabriel Attal a dit ne plus vouloir de cette allocation spécifique de solidarité. Elle permettait de cotiser des points de retraite alors que le RSA non Ce changement va accorder moins de droits aux bénéficiaires et surtout moins de revenus. Pour toucher le RSA, il faut bien sur continuer à chercher du travail et il ne faut pas dépasser un certain plafond, 1272 pour une personne seule. Cette aide sera de 545 euros par mois.

Elle est destinée à plus de 322 000 bénéficiaires. L’allocation spécifique de solidarité permettait de cumuler d’autres revenus, le RSA quasiment pas. Rappelons que le RSA fait l’objet d’une réforme, les personnes concernées devront s’acquitter de 15 heures de travail gratuit hebdomadaire.

Les réformes vont-elles encourager le retour au travail ?

Les chômeurs de plus de 50 ans ont plus de mal à retrouver du travail. Arrivés en fin de droit, ils touchaient l’allocation spécifique de solidarité. Ils pouvaient ainsi continuer à cotiser pour la retraite. Avec le RSA, ce n’est pas le cas. La réduction de la durée d’activité minimale pour toucher le chômage est l’un des principaux changements, elle passe de 6 à 5 mois.

Les hauts salaires de plus de 4500 euros subiront une baisse de leur allocation pour les plus de 55 ans contre 57 ans auparavant. Les chômeurs toucheront leur allocation sur une base de trente jours, ils vont perdre en 5 et 6 jours. Les salariés qui abandonnent leur poste ne toucheront plus l’allocation chômage.